Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 15:58

Le retour fut bruyant. Nous étions « excités comme des puces » dit maman, mais je voyais bien qu’elle aussi, avait sur les lèvres un sourire épanoui qui en disait long.

Les parents essayèrent de calmer notre enthousiasme et le leur, en évoquant le financement, les problèmes d’installation.

Ca y est ! On a trouvé ! criai-je aux copains dès mon arrivée à l’école.

Où ? Où ?

Y’a une piscine, elle est grande, elle est dans les pins pas très loin de Bordeaux. Papa a dit : vingt minutes aux heures creuses !

Tu vas changer de classe ? Fred se sentait abandonné.

Vous savez, ce n’est pas encore sur, les parents réfléchissent.

 

 

Les jours suivants, nous essayâmes de deviner si les réflexions étaient ou non positives.

La maison possédait  un grenier que maman envisageait de transformer en salle de jeux, avec la piscine, on approchait de la maison idéale !

Les papis et les mamies furent consultés. Nous nous y attendions, les avis ne furent pas concordants. La différence de mentalité apparût. Les uns appréciaient la situation, les autres s’inquiétaient d’un investissement non productif qui allait nous endetter pour longtemps, répétait maman après un coup de téléphone qui n’en finissait plus. 

De nombreuses fois, papa nous emmena revoir l’objet de nos rêves.

Quelques semaines plus tard la décision était prise :

-  Vous êtes d’accord ? On l’achète !

Au fur et à mesure des visites de notre futur patrimoine, les occupants nous racontaient son histoire. Ils habitaient là depuis cinq ans et repartaient dans leur région natale ayant atteint l’âge de la retraite.

 Les précédents propriétaires en étaient les bâtisseurs et seul l’âge et l’éloignement de leurs enfants avaient motivé la vente.

Cédric, mon voisin, ne comprenait pas :

Vous achetez et vous êtes encore là ?

Il faut leur laisser le temps de déménager. Je termine l’année scolaire et à notre tour de changer de rue !

Dis donc, il faut un quatre -quatre  pour venir chez toi ? Questionna Jonathan.

Non ! Pourtant l’idée était séduisante, ce véhicule à la mode, irait très bien avec notre nouvelle vie ! J’allais la soumettre à papa !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

artisan paris 26/11/2014 20:11

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement