Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 17:36

 

 
 
Souvenirs, souvenirs... 
 
 
« Au sortir de Langon, il fallait d'abord traverser la Garonne sur le vieux pont Eiffel aujourd'hui disparu. Une ligne droite, un virage à gauche sous le grand viaduc, et la montée commençait, dure, au milieu des vignes … » F Mauriac
Non je ne vous emmène pas à Malagar mais tout à côté, chez mes grands parents !
Malagar n’était alors que la célèbre côte qui nous obligeait à mettre pied à terre quand, à vélo, nous rendions visite à nos aïeux.
Très souvent, mon frère et moi, avons rejoint la demeure familiale, celle où nous étions nés à la fin de la dernière guerre. Nous ignorions qu’à quelques kilomètres, vivait un homme célèbre, dont les livres décriraient de façon remarquable cette région chère à mon cœur.
La bâtisse nous accueillait, fièrement dressée au milieu du vignoble, et la vue qui s’offrait à nos regards était au moins aussi belle que celle de notre illustre voisin ! Plus bas dans la vallée, le fleuve serpentait entre les peupliers et, à l’horizon, on apercevait la ligne sombre de la forêt landaise. Tout au long de la rivière, les villages s’égrenaient, et les soirs de quatorze juillet, on comptait les feux d’artifices qui célébraient la fête nationale : dix, était le record à battre !
On disait que, par temps clair, on pouvait apercevoir les premiers contreforts pyrénéens. Je n’ai jamais eu la chance de les voir.
Ici, on vivait encore comme au début du siècle, bien que le progrès fasse une timide apparition. Mémé, lavait son linge au lavoir et je l’accompagnais pour pousser la brouette.
    -   Jamais ils n’inventeront une machine pour ce travail, clamait-elle !
Pépé Joseph poussait la charrue tirée par le cheval, Bijou. Les premiers tracteurs commençaient à apparaître, mais étaient réservés aux « grosses propriétés ».
J’adorais mon grand père, j’étais sa première petite fille et c’est avec plaisir que je venais, aux vacances scolaires, séjourner ici.
Pourtant quelques années auparavant, un évènement avait terni cette entente.
A quatre ans, à la suite d’une coqueluche qui n’en finissait pas de guérir, le médecin recommanda un changement d’air. Je quittais donc pour quelques temps frère et sœur pour la maison de mes origines. Craignant que la solitude ne crée l’ennui, on m’inscrivit à l’école du village.
Désormais, matin, midi et soir, une promenade à travers champs me conduisait à l’école et me ramenait au logis. C’était l’occasion pour moi d’inventer de nouveaux jeux et de me glisser dans de nouveaux personnages.
En cette fin d’après midi, le soleil brillait, c’était la saison des labours, on entendait les cris d’encouragement aux animaux : Hue ! Hue ! Parfois la bête se faisait houspiller, aucun répit ne lui était accordé.
Tout naturellement, je m’imaginais tenant les rênes et traçant mon sillon. Mon cheval est rebelle, utilisons les grands moyens !
-       Pompon ! Nom de Dieu, tu avances ! 
J’ignore que les adultes ont des droits que les enfants ne possèdent pas, celui de jurer par exemple.
-      Qu’est-ce qu’un juron ?
Dans la cour de récréation, « les gros mots » fusent à l’abri des oreilles des grands, si possible.
Là je ne cherche pas à me cacher, en toute innocence, je crie à tue tête, ce que je crois être un ordre efficace.
Devant la maison, pépé Joseph m’attend, courroucé. Il m’administre une gifle magistrale. En larmes, je ne comprends ma faute qu’en écoutant le rapport qu’il fait à mémé.
Une incompréhension m’envahit, un sentiment d’injustice qui s’atténuera progressivement.
Oublié ? Non, moment enfoui dans la malle des souvenirs !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

aimee 26/11/2007 18:24

Un petit coucou,simplement pour te dire,je ne t'ai pas oublié.Noel,c'est bientot et j'espère que tu reviendras.Bises.Aimée

PATY 16/09/2007 17:39

ENCORE UN MOMENT D EVASION  . C EST TOUJOURS AVEC AUTANT DE PLAISIR QUE JE VIENS LIRE TES TEXTES  . J AI INSTALLER TON JOLI POEME SUR MON BLOGMERCI DU FOND DU COEUR A BIENTOT PATY

christel/seuleaumonde 15/09/2007 18:59

Grosses galères avec les coms hier soir , alors j'ai abandonné le projet ! désolée !!! Bisous et bonne soirée ! christel

katara 15/09/2007 16:51

J'ai passé un agréable moment dans tes souvenirs Nicole. Bonne soirée

francoise oleron 15/09/2007 07:14

Bisous d'Oléron toujours avec un grand soleil, comme chez toi je suppose, nous ne sommes pas si loin....Françoise

CATALANE 14/09/2007 09:18

Super de pouvoir partir 3 mois au Maroc ... mon cousin, un habitué de ce pays, part le 5 Octobre avec son amie (mais en 4x4). J'espère aller avec lui bientôt ! Bises

francoise oleron 14/09/2007 07:11

Comme tu me le demandes, j'ai pratiqué l'équitation, j'avais un cheval, ma fille faisait du saut d'obstacles en compétition, c'etait super, mais maintenant mal de dos, donc plus de cheval.... quel dommageBisousFrançoise

chrystelyne 13/09/2007 22:58

Aujourd'hui on aurait expliquer , hier  c'est la gifle qui tombait, une hisoire attendrissante , fort bien contée !amicalement chrystelyne

aimee 13/09/2007 22:09

Très beau souvenir de ton enfance,dans cette belle région,près du domaine de Malagar.En plusnc'est très bien écris,ce qui ne gache rien.Nous devons avoir sensiblement le mème age.Serais-tu la fille de Guy Coste?Je t'embrasse avec affection.Aimée

CATALANE 13/09/2007 14:32

Tu racontes fabuleusement tes souvenirs .... Magnifique histoire. Dis moi, tu habites actuellement au Maroc ? ça m'intéresse, car je pense que nous irons très bientôt .... bises

nicole coste 13/09/2007 08:55

Cette fois c'est vrai! si on peut faire confiance aux souvenirs, je l'ai vécu et ressenti de cette façon et l'ai enfoui dans la malle!  Nicole

christel/seuleaumonde 13/09/2007 08:49

petit on ne fait que copier l'exemple des grands! une petite explication avant la baffe c'eut été pas ma !!! lol bisous et bonne journée, christel

:0014: dom :0010: 13/09/2007 08:24

Ah, les enfants et les gros mots ... vaste sujet ...Tu as trouvé ça dans ta malle perso ? ;- ) Bon jeudi ! Bisoux dom

francoise oleron 13/09/2007 07:07

Ce sont des histoires autobiographiques, ou de la pure imagination, belle écriture toujoursBisousFrançoise