Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 19:25

Si vous croyez pauvres gens

Que marcher c'est donné

Si vous croyez pauvres gens

Que la marche est innée..

 

Non, ce n'est pas un droit, non

Non, ce n'est pas un devoir, non

Ce n'est qu'un privilège

Qui ne touche que les non bénéficiaires

 

Il est aisé bien sûr

De mettre un soulier devant une chaussure

Il est aisé pour ceux

Qui ont des pieds, les deux

 

Mais pour les handicapés

Qui n'ont pas de pieds

Ils sont biens attristants

Ces moignons dégradants

 

Si vous croyez pauvres gens

Que marcher c'est donné

Si vous croyez pauvres gens
Que la marche est innée..

 

Aussi, comme il leur est doux

De savoir qu'à leur tour

Ils pourront faire des pas

Jusqu'au jour du trépas

 

15 novembre 1978

poème de Maryse
Sa fille Christelle agée d'un an, venait d'être platrée de la taille jusqu'aux orteils alors qu'elle avait tout juste expérimenté la marche.
Aujourd'hui Christelle a retrouvé l'usage de ses jambes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

domi 29/05/2008 08:48

j'adore, c'est très beau Nicole !

marie 28/05/2008 20:53

ces mots des maux me touchent le coeur... d'autant que j'aime tellement marcher, et que sans la marche je suis vraiment à côté de mes pompes!!!marie.

aimée 26/05/2008 22:32

Très beau poeme,si émouvant,lorsqu'on pense pour quelle raison il a été crée.Ceci,n'est plus qu'un mauvais souvenir,mais,c'est le lot du quotidien de certaines personnes,malheureusement.

cimo 20/05/2008 12:11

Que de souffrance mais aussi que de courage et d'espoir, récompensé!bravo c'est un texte qui prend au tripes!

jeanine et rené 20/05/2008 07:57

...très beau poême, merci Nicole !  bonne journée et bisous !

nicole coste 20/05/2008 07:54

Toutes mes excuses, ce poème est de Maryse. Je l'accueille sur mon blog depuis quelques temps Nicole

PATY 20/05/2008 05:56

J' aime beaucoup cette poesie.....tu as un don de mettre les mots les uns derriere les autres a bientot Bisous de Belgique Paty

chrystelyne 19/05/2008 21:49

je trouve que depuis quelque temps , ton blog évolue  vers plus d'intimité !Aussi, ce texte qui semble avor été écrit en 1978 m'interpelle tant il en émane de souffrance ,de révolte mais aussi d'espoir   !Vécu oupas , ce poème inaugure sur ton blog un autre ton, une autre dimension , une autre liberté de dire  !bises chrystelyne