Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 16:15

Sur  la route de Compostelle, la via Podiensis traverse un village au confluent de la Sagne et du Célé. Accroché à la haute falaise qui le domine les pèlerins peuvent apercevoir les ruines d'une forteresse. Les archives locales nous disent que celui-ci fut reconstruit par Waïffre, seigneur d'Aquitaine au VIII siècle. Dans les fermes, à la veillée, quand les paysans se retrouvent près du cantou pour le dénoisillage, ils racontent de biens étranges histoires !

Ils disent que parfois les nuits de pleine lune, une chèvre blanche apparaît aux promeneurs téméraires gambadant dans les rochers. Ils disent aussi que les murs parlent aux curieux qui osent s'approcher des ruines. C'est ainsi que l'histoire de Mariette, une jeune paysanne, circule de maison en maison.

Mariette habitait dans une chaumière, en compagnie de ses parents et de sa grand'mère. Ils vivaient de peu, travaillant pour le seigneur, faisant régulièrement les corvées et apportant au maître le produit des récoltes. En cet hiver de l'an 745, les temps sont durs : les moissons ont été maigres et la cueillette des châtaignes n'a pas rempli le coffre, les chèvres n'ont guère de lait. L'angoisse du long hiver à venir pèse lourdement sur la famille. Une vilaine toux accable l'aïeule déjà paralysée, les privations l'affaiblissent et la jeune fille cherche le moyen de lui redonner des forces. Elle sort et emprunte le sentier escarpé qui mène au domaine. Au château, la fête de Noël bat son plein. Dans la plus grande salle éclairée par les flammes de la cheminée, le seigneur et ses compagnons d'armes dans leurs plus beaux atours, font ripaille. Les nombreux plats se succèdent, rires et badinages résonnent, une longue nuit joyeuse s'annonce. Soudain la porte s'ouvre : un archer pousse devant lui la jeune bergère apeurée. Vêtue de hardes, pieds nus, elle est cependant très belle. Les yeux des hommes brillent, le vin servi en abondance a échauffé les esprits.

  • - Qui es-tu? Que puis-je faire pour toi demande le suzerain.
  • - Je suis la petite fille de Jeanneton, j'habite près du ruisseau, ma grand-mère va mourir si vous ne l'aidez!
  • - Belle enfant, approche que l'on te voie mieux!
  • - Tremblante, Mariette avance lentement.
  • - Belle enfant, j'aiderai la vieille, te couvrirai de bijoux et tu seras ma maîtresse! L'homme s'avance, les mains tendues pour l'enlacer, une lueur lubrique dans les yeux.

Les convives ricanent, Mariette comprend l'intention du seigneur, elle veut s'enfuir mais la porte est fermée. Paniquée, elle ouvre la fenêtre et se jette dans les eaux glacées et tumultueuses du Célé.

Dans le silence qui suivit on entendit un faible cri et la rivière engloutit l'enfant. Jamais on ne retrouva son corps. On dit que deux anges conduisirent au ciel l'âme pure de la bergère. Au matin des hordes venues d'on ne sait où, envahirent la contrée. Terreur et désolation régnaient dans les campagnes. Gardes et guerriers périrent et le seigneur vit sa forteresse brûler. Lui-même frappé à mort, fut jeté  dans le Célé. Le château s'appela désormais château du diable.

C'est depuis cette époque, par les nuits de pleine lune que l'on peut parfois apercevoir une chevrette blanche, tout en haut dans les rochers. On ne sait d'où elle vient, on ne sait où elle va, nul ne peut s'en approcher 

  • - Est-ce l'âme de Mariette qui revient hanter les lieux d'où elle s'est envolée, un soir de Noël?

 

 

 Le village se nomme Cabrerets, village de la chèvre, il est situé près de Cahors. Le duc essaya de contenir l'invasion sarrasine, s'opposa aux francs barbares de Charles Martel puis de son fils Pépin le Bref. En 745 Waïffre reconstruisit la forteresse, plus tard, lors de la guerre de cent ans elle devint le château des Anglais puis fut entièrement détruite.   

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le chevalier Dauphinois 17/02/2009 07:08

Ce que j'adore dans les légendes, c'est qu'elles vivent... Absolument... La version que l'on m'avait narré avait quelques nuances qui la rendent différentes.Comme j'adore les ruines qui sont si porteuses de rêves et de contes

cimo 01/12/2008 12:31

les méchants punis voilà qui est réjouissant . Nicole tu es une enchanteresse! amitiés

Jakline 26/11/2008 10:06

Un conte à la saveur traditionnelle.

" Charly " 24/11/2008 15:00

Une histoire dans la pure tradition des contes d'autrefois. Un grand besoin, une grande détresse, une grand besoin, une injustice infame, mais un retour mystérieux sous une autre forme et qui laisse un doute quant à son identité. J'aime bien.Charly...

Azalaïs 22/11/2008 17:58

ah, je me disais bien que je connaissais le Célé! Toutes ces contrées au bord des eaux ont toujours des légendes à faire frémir pendant les veillés!
Pas loin de chez moi, passe la Viaur et il est lui aussi plein d'histoires qui mettent en scène le Drac qui est le fils du diable!

Christian Julia 19/11/2008 17:39

Il y a pas mal de référence géographiques contenant la racine occitane cabra, liées à l'histoire du catharisme notammenttendresse

katara 19/11/2008 11:41

BRRRR j'ai froid pour la pauvre jeune fille... quel méchant homme ce roi, il a eu sa punition. Drôle d'histoire. une bonne journée à toi Nicole.

Francoise du Var 19/11/2008 05:50

Très belle histoire, on s'imagine les images.....BisousFrançoise

chrystelyne 16/11/2008 17:27

Très belle histoire  qui mériterait  d'être contée,  à la veillée  autour  du feu de cheminée  !amicalement chrystelyne

jeanine et rené 16/11/2008 08:02

Bien belle histoire que tu nous as contée, merci et bravo Nicole ! bon dimanche et grosses bises