Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 16:13

 

fatma-3.JPG

 

Une petite fille s’avance vers le chanceux.

Une longue natte danse dans son dos, elle regarde avec fierté dans la caisse : qu’il est gros ! Puis elle part en courant vers le groupe des femmes.

-   Maman, maman, papa a attrapé un poisson, viens voir !

Elle sautille, elle gambade, elle essaie d’attirer sa mère vers le groupe des hommes, sans succès.

Maman  reste avec les femmes, elle verra le poisson plus tard quand le soir venu, ils repartiront chez eux. Papa racontera, ils discuteront de la meilleure façon de l’accommoder, elle aura son mot à dire, peut-être suggèrera-t-elle d’inviter des amis, des parents, pour partager ce festin, mais ici, elle reste discrète.

Un groupe de touristes s’avance, eux aussi veulent voir, veulent savoir comment, avec quoi, pourquoi lui, et pas eux.

Je m’approche, un appareil photo en bandoulière, voulant fixer le visage de la petite fille, de l’homme et du poisson.

-   Bonjour ! Je peux faire une photo ?

-   Oui

-   Avec ta fille tu veux bien ?

-   D’accord !

-   C’est ton métier la pêche ?

-     Non, je suis venu parce que c’est dimanche, j’ai eu de la chance ! Tu es française, d’où ?

-     De Bordeaux, 33

-   Mon papa dit une petite voix, il est déjà allé en France !

-   Où ?

-   Paris, la Provence

-  Il y a longtemps ? 

-   Quand je n’étais pas née !

-   Tu veux le thé ?

-   Non merci, je te laisse en famille !

Les ombres s'allongeaient le soleil était bas sur l’horizon,  la fin de la journée s'annonçait. L’heure du retour était là, il rassembla ses affaires et se dirigea vers le véhicule où l’attendait sa femme.

fatma-4.JPG 

Les pêcheurs du pays regagnaient leur village, seuls restaient les Européens.

Déjà autour du campement, on s’afférait, il n’y aurait bientôt plus assez de lumière pour vaquer aux occupations extérieures.

Près du tropique, la nuit tombe vite, chacun essayait de compenser le manque d’électricité, lampe à gaz, générateur électrique, panneaux solaires, la technique permettait une amélioration aux conditions de vie plutôt rudes de la région. 
fatma-5.JPG

L’eau demeurait la priorité la plus difficile à satisfaire.

Des camions citernes approvisionnent les réserves dans les bourgades. La population locale, vient remplir des bidons, en échange de quelques pièces.

Les conditions sanitaires sont loin d’être respectées, nous les touristes, nous avons nos réserves soigneusement désinfectées.

Il faut cependant les alimenter et faire quelques cent kilomètres pour cela.

Mais rien n’arrête l’amateur de grosses prises, ce qui peut sembler inconcevable chez nous devient ici naturel ! Trente kilomètres pour trouver du pain le font apprécier, les courses deviennent une occasion de replonger dans la civilisation, et chacun s’y soumet avec plaisir.
fatma6.JPG

Retrouver une vie simple, aimer la nature, apprécier le temps doux en ce début d’hiver, ne sont que quelques-unes des raisons qui ramènent chaque saison,  un nombre de plus en plus important de voyageurs.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

danae 05/07/2012 18:51


J'aime bien comment tu racontes les histoires, on s'y croirait ! Alors quand retourneras-tu au Maroc avec un nouveau Camping car ???? C'est tentant le Maroc, j'espère y aller dans le sud en
novembre, inch Allah ! Bises Nicole