Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 15:43

Le séjour se déroule sereinement. Le temps est beau, sans vent et .... un jour les nuages font leur apparition. La brume s'installe, quelques gouttes de pluie. Le ciel nous rappelle que la saison avance. L'eau du ciel est ici,encore plus qu'ailleurs bienfaitrice: elle permet les cultures. Hélas, cette fois les précipitations sont insuffisantes pour envisager des labours!

 Inch Allah! ce sera pour plus tard!

Pour célébrer le retour de l'astre de feu, un magnifique arc en ciel apparaît.

Cependant il faut être réaliste: la température a baissé et le calendrier ne se trompe pas: il y a bientôt trois mois que nous sommes sur le continent africain, il faut reprendre la route vers le nord!

Rangement, démontage du campement et ... un matin c'est le départ!

Nous allons vers Agadir, première étape. Au fil des kilomètres les paysages changent. Là les premiers arganiers, puis les cultures, champs de figuiers de barbarie, terres préparées pour les semailles des céréales....

La couleur sable disparait, la terre ocre parsemée de vert, les villages de plus en plus nombreux.... Nous revenons vers la civilisation!

 Tiznit, la ville des bijoutiers nous replonge dans la circulation trépidente.

 

AGADIR capitale du Souss, sur la colline qui lui a donné son nom souvenir inoubliable du 29 février 1960. Un tremblement de terre a détruit la ville;

Reconstruite dans la baie en respectant les normes antisismiques, c'est aujourd'hui uneville touristique. Supermarchés, grands hôtels , zones industrielles, tout  est fait pour accueillir les touristes qui se pressent dans les rues.

Le contraste avec notre vie au village est très fort! nous n'avons pas changé de pays et ... nous sommes dans un autre monde!

Quelques achats pour la suite du voyage et  rapidement nous quittons la ville!

Pas de visite au souk cette fois, bien qu'il soit très agréable et le dépaysement au rendez-vous pour celui qui y vient une première fois. La Médina entièrement reconstruite  à la sortie de la ville par un artiste sicilien, Coco Polizzi, mérite une halte. Sa connaissance du pays, sa sensibilité lui ont permis de réaliser un lieu où il fait bon flaner. Une rencontre avec le créateur vous laissera un excellent souvenir.

Pour nous: direction Marrakech. 

Fin du séjour
Fin du séjour
Fin du séjour
Fin du séjour
Fin du séjour
Fin du séjour
Fin du séjour
Fin du séjour
Fin du séjour
Fin du séjour
Repost 0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 19:08

Majestueux, élégants,

Ils planent, tournoient,

Plongent dans l'écume

Puis s'élèvent dans l'azur.

Qui sont-ils

ces grands oiseaux blancs?

Mouettes ou goélands

Ils sont les maîtres du ciel!

 

Les goélands
Les goélands
Les goélands
Les goélands
Les goélands
Repost 0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 11:06

Une marine est un genre de peinture figurative dont le sujet est la mer

 

Une mer colèrique emplie de remous bruyants,

des vagues dressent leurs crêtes blanchies d'écume

puis s'effondrent dans un formidable tapage

en produisant de la pluie.

Marine
Marine
Marine
Marine
Repost 0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 11:22

L'art de la pêche est souvent difficile et la réussite pas toujours au rendez-vous!

Pour les pêcheurs locaux prendre un beau poisson est synonyme de bonne journée et de rentrée d'argent. Pour les touristes c'est le plaisir d'ue belle prise et la photo souvenir d'un séjour halieutique!

Quand la mer est en colère, quand les vagues se fracassent contre les falaises, trouver l'anse dans laquelle bars mouchetés ou courbines se sont réfugiés, relèvent de "la recherche d'un trésor"!

Dès que la nouvelle d'une prise relayée de rochers en rochers est annoncée le ballet des mobylettes et celui des voitures commence et tous se rassemblent sur le balcon élu.

Ce matin il y a foule à Ch' mel (dromadaire en langage sarahoui). Hier 3 courbines de plus de 3 kg ont été extraites des eaux tumultueuses. La plate forme d'une centaine de mètres est occupée! Une corde est tendue entre deux pointes pour soutenir un filet dans la partie droite, celle-ci est moins prisée sauf par mon mari qui y a ses habitudes.

La position n'est pas très confortable. Assis sur les cailloux, la glissade est interdite sous peine d'un plongeon dont on ne revient pas!

Peu de temps après son arrivée, une "touche" le prévient: le fil s'agite ,il est comme tiré par une bête qui veut s'emparer de la sardine et l'emporter pour la déguster tranquillement! Un mouvement pour ferrer, la canne s'arque, et ... une courbine de 2 kg attérit sur le plateau! Il esche à nouveau et relance dans la même zone, ce poisson vit en banc et il est possible  que des congénaires soient dans les parages!

Et... l'idée était bonne, une forte secousse annonce la suivante qui s'annonce de belle taille! Un sifflement se fait entendre: un pêcheur a vu et deviné, il lance à son tour son fil dans la zone espérant lui aussi tenter quelqu'un! Le moulinet se dévide, la bête est ramenée vers la muraille, repart, il faut la fatiguer ! Elle est là, on l'aperçoit à la surface de l'eau, il est temps de descendre le panier qui permettra de la remonter. Un pêcheur est venu aider à la manoeuvre délicate mais .... le deuxième fil est toujours là et la bête s'entortille dedans! Impossible de la coiffer avec le piège conçu pour faciliter la tâche! le plomb, se prend dans le filet et dans ce méli mélo incroyable il ne reste plus qu'une solution: couper les fils et libérer la bête! 

Restera le souvenir d'une prise manquée!

Comme des moutons de Panurge les hommes refluent vers l'endroit supposé prolifique! Souhaitons leur meilleure réussite.

Une question demeure: combien pesait la bête? 7kg? peut-être plus! Difficile de savoir et ... quelle importance! Elle peut être inscrite au tableau des prises de la saison!

 

 

 

Repost 0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 12:19

Infatigables les vagues!

Elles se jettent à l'assaut de la falaise

s'écrasent contre la muraille qui tremble.

Crêtes écumantes de rage

elles frappent et refrappent

coups de butoir sans cesse répétés.

Sous le soleil brûlant

grondements de colère

va et vient sans repos,

elles projettent les embruns

jusque sur le plateau.

Parfois, un grand calme!

Mais dans les profondeurs marines

enfle la révolte,

préparant en sourdine les paquets de mer

qui poursuivront leur oeuvre destructrice.

 

 

Colère marine
Colère marine
Colère marine
Colère marine
Colère marine
Colère marine
Repost 0
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 20:48

Depuis 2 ou 3 jours l'hiver s'annonce sur le sud. Brumes, pâle soleil, ont accompagné nos journées et cette nuit Flic, floc sur la caravane! Une douce pluie vient abreuver les sols qui en ont bien besoin. Une journée de pluie est chose rare au Sahara, c'est aussi un espoir. La préparation des sols pour les semailles va pouvoir avoir lieu!

Hier c'était l'éclosion de milliers de papillons. Chaque touffe verte était survolée par ces insectes. Etaient-ils les messagers de la pluie?

Nous savons que l'arrivée des libellules, venues des oasis del'intérieur annonce un vent de sable mais nous ignorons si ce nouvel évènement est en corrélation avec le changement climatique!

Dans une quinzaine de jours, le désert reverdira, les fleurs vont éclorent! Le miracle des bienfaits de l'eau!

Chaque goutte de pluie porte en elle l'espoir d'un grain de blé, espérons que cet espoir se réalisera!

En fin d'après midi, le soleil est revenu et nous savons que de belles journées ensoleillées referont leur apparition!

Pluie sur le désert
Pluie sur le désert
Pluie sur le désert
Pluie sur le désert
Pluie sur le désert
Pluie sur le désert
Pluie sur le désert
Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 18:48

Après une journée ensoleillée la brume  s'étend sur le village:

Akhfenir: un village dans la brume
Repost 0
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 11:25

Les goélands à l'aile grise

Les hirondelles de la mer

A leurs petits les jours de brise

Aprennent le chemin de l'air.

                        Pierre Dupont

 

Les grands oiseaux blancs planent au-dessus des vagues écumantes. Soudain l'un d'eux plonge puis la pêche ayant été fructueuse, se dirige vers une grotte, dans la falaise. 

Protégé des gerbes d'eau, à l'abri de la brise marine, se cache un nid.

Là, la femelle a couvé de longs jours aidée par le mâle qui lui apportait sa nourriture. Deux petits sont nés. Duveteux, piaillant, criant famine ils appellent les parents partis à la recherche de poissons! Insatiables, les griauds. Aux petits soins pour la couvée, les gabians s'activent.

Le moment délicat du premier vol est venu! Suivre l'exemple parental est le lot de tous les enfançons! Se jeter dans le vide est une expérience terrifiante pour qui s'y adonne pour la première fois. Quelques pas de danse sur le bord du rocher, des battements d'aile désordonnés et ... le plus courageux s'élance dans les airs. Quelle joie de maîtriser cet immense domaine, il va, vient, revient et repart puis se rapproche de la muraille rocheuse. Attérir n'est pas simple! la plate forme est exigue! Le deuxième poussin regarde avec envie, il voudrait bien lui aussi mais ... le vide le panique! Sa mère l'appellle, un poisson dans le bec pour le convaincre de tenter le premier vol. Plusieurs jours ont passé, les jeunes aventuriers sont désormais à leur aise dans le ciel bleu et sans nuage.

Le benjamin s'élance du rocher sur lequel il se reposait et plonge vers l'océan. Malheur! Au même instant le pêcheur, assis sur le balcon en contre-bas, lance son fil! La bête se prend les ailes dans le piège invisible. Il se débat, s'agite et s'entortille irrémédiablement. Il pousse des cris de détresse, rameutant un vol de congénères incapables de lui porter secours. L'homme mouline, l'oiseau est emporté sur le plateau. De son bec pointu il se saisit de tout ce qui passe à sa portée! Gare aux doigts qui veulent le libérer.

Avec beaucoup de précautions, l'animal est dégagé de ses entraves puis relaché.

 

Il s'enfuit, vol incertain au départ, puis disparaît au loin en bonne compagnie!

 

 

Ce texte est inspiré par une histoire réelle.  

L

 

Pauvre goéland!
Pauvre goéland!
Pauvre goéland!
Pauvre goéland!
Pauvre goéland!
Repost 0
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 11:46

Peu de mots sont nécessaires pour raconter notre voyage au Maroc: Contemplation, écoute, découvertes, liberté

 

Mettre tous ses sens en éveil pour faire de ce séjour un souvenir qui nous donne envie de repartir.

Dans nos pays aseptisés nous mettons tout sous cloche! Ici quel plaisir de traverser le village embaumé par les fumées des grillades, tajines, épices!

Mais dans les campagnes ce sont les détritus pourrissants abandonnés qui dégagent, hélas, des odeurs nauséabondes.

Craillements des mouettes, grondements des vagues qui se fracassent contre les falaises, font oublier les bruits de circulation de la route!

S'asseoir à une table, déguster un tajine, permet des rencontres parfois inoubliables. C'est peu de dire que le peuple marocain est hospitalier.

Rugueux sont les rochers aux aspérités aigues et tranchantes. Peu de douceur dans ce pays où la vie est rude. La végétation souvent épineuse et rare ne console que l'oeil en mettant ça et là des notes de vert parmi l'ocre de la terre.

S'il est un endroit où il faut ouvrir grand les yeux celu-ci en est un!

A l'ouest l'océan écumant de colère projetant des gerbes d'eau, à l'est les dunes offrent au soleil leurs sommets arrondis. Les rayons de soleil y créent des spectacles d'ombre et de lumière sans cesse renouvelés.

Admirer le vol des goélands, des cormorans, accompagner du regard les fous de basan se dirigeant vers le sud, apercevoir le dos d'un dauphin en chasse sont des plaisirs simples que nous apprécions.

Mais cependant soyons réalistes, nous ne sommes pas au paradis et ce n'est pas l'Eldorado! Ici règne pauvreté et misère.

Aujourd'hui un vieillard, très dIgne dans sa djellaba, m'a tendu la main dans laquelle j'ai déposé une pièce. Son "choukran" accompagné d'un sourire m'a ému.

Ici le fromage, les cigarettes se vendent à l'unité.

 

   Mais que la nature est belle!

 

Notre vie ...Notre vie ...Notre vie ...
Notre vie ...Notre vie ...
Repost 0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 12:30

Cabanes sur le bord de l'océan

habitats de pêcheurs
Repost 0