Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 17:41

 

 

 

Le désert est une femme capricieuse, qui parfois rend les hommes fous. P Coelho

 

 

1

 L'homme qui, du désert connait le secret, ne peut vieillir. La mort viendra, tournera autour de la dune  puis  repartirar.                

                                                    Tahar Ben Jelloul

 

 

 

3

 Rien de tel que le désert pour changer  l'eau en vin.

 

2

 

 

 

 

Repost 0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 16:32

 

    Nous avons repris la direction du nord:

 

0a

 

Nous nous étions habitués à ces paysage désertiques

 

1a

 

mais heureusement les dernières pluies vont permettre les semailles.

 

2a 

Les premiers arganiers apparaissent,

 

3a

 

Euphorbes, figuier de barbarie verdissent les montagnes.

 

4a

 

Villages électrifiés, le progrés est en marche.

 

5a

 

6a

 

Région de production de miel et d'huile d'argane dans la coopérative féminine de Misti.

 

7a

 

Une belle route qui nous conduit à Ifni

au bord de l'océan.

Repost 0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 15:04

La fin du voyage

 

 

 

01R

 

02R

 

 

03R

 

04-copie-1

05R

06 R

07R

08R

 

 

Repost 0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 16:49

 

Le retour

 

Tout a une fin, je vous convie à m'accompagner sur la route du retour:retour 1

retour2

retour 4retour 5

 

 

Goulimine, la porte du désert

 

retour 6

retour 7

retour 8

 

                                                                                                   à suivrer

Repost 0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 07:18

 

       Promenade dans le désert

 

Attachez vos ceintures!

 

Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 11:12

Comment naissent les légendes…

La civilisation arabe est riche de légendes souvent transmises oralement. Les conteurs, sur les places des grandes villes, savent faire vivre leur histoire en y ajoutant les détails qui font d’une anecdote souvent réelle un vrai conte.

Recueillir ces tranches de vie, en chercher l’origine et en écouter le récit est un vrai plaisir.

Un ami m’a fait part d’une aventure dont deux de ses amis avaient été les protagonistes. Je vous la confie et si vos pas vous conduisent vers le sud, vous connaîtrez l’origine du : Monstre du Fatma !

 

Fatma1

 

  La route vers le sud longe l’Atlantique sur une vaste terrasse dominant l’océan avec des à-pics de 10 à 30 mètres. Ici la dureté désert est atténuée par la frange littorale. Le plateau rocailleux est soudain entaillé par le lit d’un oued. Venu des lointaines montagnes de l’Atlas, il poursuit sa quête vers la mer. Le flux et le reflux érigent souvent une barrière de sable coupant le fleuve de son but ultime. Il s’étale et la lagune ainsi formée devient paradis pour les oiseaux marins. Flamants roses et hérons fouillent les vasières. Goélands et mouettes se reposent sur le sable.

Fatma3

Le Ma Fatma est l’une de ces rivières. Sur l’esplanade qui domine son embouchure les pêcheurs ont établi leur campement. Un balcon sur l’océan permet à ces passionnés d’exercer leur art avec une vue magnifique sur l’immensité bleutée. A marée basse les plus courageux vont déranger les oiseaux et remplissent leurs bourriches de tellines. Sur les flancs de la falaise les vagues, par leurs assauts répétés, ont creusé  des grottes. Dans l’une d’elles, vestiges d’une autre époque, un crocodile fossilisé apparait sur la paroi ;

Quand l’amplitude des marées est très grande, moules et bulots qui se réfugient ou s-installent dans les anfractuosités peuvent être délogés par les plus aventureux.

Les autochtones descendent avec une échelle de corde et récoltent les pouces-pieds. Leur vente assurera quelques gains mais le risque de chute et de noyade est grand.Fatma6

 

 

Ce matin Ahmed et Michel empruntent le sentier escarpé, entre les buissons épineux. Ils ont consulté l’annuaire des marées et  disposent de suffisamment de temps pour ramener une bonne provision de coquillages. Munis de couteaux ils détachent les plus grosses pièces et recueillent les bulots qui errent sur les rochers. L’heure avance, le sac est bien rempli, ils songent à remonter avant que la mer ne leur coupe le chemin du retour. Une dernière pièce ? Ahmed se penche  et tend la main vers un recoin sombre. Un remous agite la surface de l’eau. Un tentacule se projette vers lui,   une gerbe d’encre noire l’aveugle. Il pousse un cri  d’effroi et les deux hommes se précipitent vers la sortie.  Rapidement ils se dirigent vers des lieux plus hospitaliers. Essoufflés, ils s’assoient sur une pierre et racontent leur histoire. Les vêtements maculés prouvent le danger de leur équipée.  

Les questions fusent, le tentacule grossit, il était gros comme… ils ne savent plus, mais ce qui est sur c’est qu’il était énorme !

  

Aucun doute ils ont vu Le monstre du Fatma.

 

dcp_1658.jpg

Repost 0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 14:12

Au bout de la route un village nous accueille

 

Akfenir 0 

 

Village étape pour tous ceux qui vont ou reviennent du sud.

akfenir 1

 

Construit des deux côtés de la transaharienne:Akfenir 2

 

Akfenir 3

 

Ses nombreux "cafés restaurants" permettent à chacun de se restaurer.

 

Akfenir 4

 

Le boulanger livre le pain.

 

Akfenir 6

 

Les chèvres viennent aux nouvelles

 

Akfenir 5

 

Venez-vous prendre un thé à la menthe?

 

( à suivre)

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 12:08

 

Tétouan, capitale du rif

Rabat, la vraie capitale

Casablanca et sa grande mosquée

Marrakech, Agadir, prisées des touristes

et de l'autre côté de l'Anti Atlas le Sahara!

début du Sahara

 

De nombreuses villes au pied de cette chaîne montagneuse revendiquent le titre de porte du Sahara. Sur notre route c'est Goulimine qui peut en user.

Autrefois connu pour son marché aux dromadaires sur la route des caravanes, la ville s'est dévéloppée, "civilisée".

Nous entrons dans le Sahara Atlantique ou Sahara occidental, ancienne possession espagnole, la région est maintenant pacifiée.

 "C'est bien le désert, le vrai désert" J Gandini

 

Au delà du Draa commence la Seghiet El Hamra.

Le fleuve marque la frontière entre l'Afrique fertile et le désert, dit Le Clézio.

007

 

Cette année, les pluies de l'hiver ont permis les semailles dans les cuvettes argileuses. Les épis de blé jaunissent dans les champs, il faudra moissonner à la faucille pour récolter la manne qui améliorera l'ordinaire.

 

Entre Tantan et Tarfaya les falaises farment un trottoir à l'Atlantique.

 

Région très poissonneuse il y a quelques années, il reste encore de cette époque bénie, des cabanes de pêcheurs. Venus de l'intérieur ou des grandes villes pour les week end, ces hommes viennent "traquer" la courbine, le poisson mythique du sud.008-copie-1

 

Les prises peuvent atteindre 30kg mais elles sont de plus en plus rares.

Beaucoup d'Europeens viennent passer l'hiver dans la région pour accrocher la prise souvenir!

 

A cette saison, on ne rencontre guère que des autochtones et c'est un plaisir de bavarder avec eux. Le climat, presque toujours venteux, est difficilement supporté par les touristes, mais le soleil et l'hospitalité marocaine font oublier les désagréments de la météo!

 

Repost 0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 09:54

 

Dimanche 25 Avril, comme prévu nous "levons l'ancre" en début d'après midi.

La campagne a pris sa tenue de fête, les arbres sont en pleine floraison et si Dame Nature ne programme pas une colère (gel ou grêle) nous aurons cet été abondance de fruits!                    001

Les prairies resplendissent de verdeur. La France est belle mais nous ne regrettons pas notre départ, nous récolterons à notre retour!

En soirée nous faisons étape au Pays Basque, contreforts des Pyrénées dont nous apercevons les sommets enneigés, proximité de l'océan dont les flots s'écrasent sur les rochers, la région, très touristique, il accueille déjà les premiers touristes venus de l'Europe du Nord. Bénéficiant d'un climat privilégié, toujours vert, ses maisons blanches et rouges et ses grasses prairies où paissent de nombreux troupeaux de moutons incitent à des promenades bucoliques.

 

Dès le lever  du jour l'Espagne: plus de frontière, monnaie unique, aucun dépaysement.               009

 

A chaque voyage nous regardons avec étonnement et admiration les nouveaux ouvrages routiers.

Civilisation de la route!

Il y a eu les bâtisseurs de pyramides, de chateaux forts, de cathédrales, les Romains ont construit voies, aqueducs, viaducs et des ponts qui sont encore aujourd'hui considérés avec respect

 

                        005

Nos ingénieurs créent des autoroutes qui enjambent les montagnes et se rient du relief!

Ces ouvrages méritent leur titre d'ouvrages d'art. L'Europe est un chantier permanent , Les capitales sont encerclées par des anneaux dont les rayons permettent l'accés au centre . Les véhicules se suivent et les concerts de klaxons rythment les embouteillages.

Nous contournons Madrid et quelques kilomètres plus au sud  Aranjuez, ville royale!

 Les lions gardent l'entrée de la ville de chaque côté du pont sur le Jarama.

 

Mardi 27 Avril

Descente vers le sud, la journée s'annonce chaude, en deux jours nous avons changé de saison et c'est l'été!

Les moulins de Don Quichotte ont été remplacés par des éoliennes.

Un "desfilados" et nous voilà en Andalousie. C'est le royaume de l'olivier, pas une parcelle, pas un sommet qui ne sot cultivé!008

 

L'odeur âcre des huileries nous accompagne jusqu'à Grenade, au pied de la Sierra Névada encore enneigée.011

 

Cest enfin la lente descente vers la Méditerranée: Malaga, Marbela, Algésiras dernière étape espagnole.

 

Au loin les côtes marocaines se profilent dans la brume. Demain nous quitterons le continent européen, 1500 kilomètres nous séparent du but de notre voyage. 

 

 

                                            ( à suivre)

Repost 0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 12:11
La route est longue et semée d'embuches...

elle conduit vers des falaises qui longent l'Atlantique et contre
laquelle se fracassent les vagues...


mais parfois la mer est calme ...


et les soirées toujours belles ...
Repost 0