Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 15:15

Es-tu le frère du loup, qui dévore le mouton ?
Es-tu le frère de la lionne,
Qui attaque le faible du troupeau ?
Es-tu le frère du chien, qui cherche ton amitié ?
Es-tu le frère de la hyène, charognard s’il en est ?
HOMME
Que dis-tu ?
Est-ce toi qui appelles au secours ?
Est-ce toi qui cries victoire ?
HOMME
Que fais-tu ?
Es-tu le bâtisseur du monde ?
Es-tu celui qui invente des armes ?
Des armes contre les virus ou contre tes semblables ?
Et toi qui es-tu ?
Moi je suis une femme, qui regarde cet étranger.
Que fais-tu ?
Parfois je crie, d’autre fois je console
Trop souvent sans doute, je me tais
Pourtant je voudrais agir
Qu’entends-tu ?
J’entends vengeance, revanche
Que réponds-tu ?
Je suis impuissante
Et ne connais que
Tolérance, écoute, dialogue

Nicole

Repost 0
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 19:21

Il a souri, le bel enfant noir
Ses yeux ont brillé
Son sourire a illuminé la khayma
Il babillait, le beau bébé
La goutte de lait au coin des lèvres

Maman le berçait
Une douce mélopée s'est élevée
Il s'est endormi, le bel enfant noir
Une larme a glissé sur la joue de la mère
Apeurée, elle doit affronter la dure réalité
Que deviendra le le bel enfant noir, son bébé
Quand elle n'aura plus de lait?

 

      Nicole

Voir les commentaires

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 20:24

Enfant du désert

Enfant du désert, berger des sables
Ton regard noir, luisant scrute l'horizon lointain
Plein d'espoir devant le mirage qui scintille
Gardien de chèvres, ramasseur de bois sec
Ainsi sont tes journées, toutes semblables
Une oasis, un puits, la caravane s'arrête
Tu souris à la vie qui t'accorde un répit
Quelques cailloux lancés avec dextérité
Seuls jouets de ton enfance
Sourd au chant des dunes
Tu marches, marches
Sais-tu vers où vont tes pas
Enfant du désert, berger des sables?
Nicole

Repost 0
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 16:15

P5170016.JPG

A la mi-mai

Les lilas sont fanés 

Sur les roses à peine écloses

Une goutte de rosée

 S’est posée.

 

Dans les prés

Marguerites et boutons d’or

Coquelicots et bluets

Ondulent

Dans le vent

 

A l’aube

Le merle chantonne

Les moineaux s’égosillent

Et l’hirondelle s’active

 

Au verger

Cerisiers et pommiers

Pruniers et poiriers

Préparent en secret

Une récolte fruitée

A la mi-Mai 

Le printemps est installé !

 

P5170018.JPG 

 

 

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 07:48

Un poème trouvé sur la toile pour célébrer ce mois  



 

On l’aime ce joli mois de mai,


On l’annonce comme un nouveau-né,
On l’aime tel qu’il est,
Avec ses saisons changeantes.
Il a conquis tous les cœurs des enfants,
Du plus petit jusqu’au plus grand,
Il nous annonce la belle saison,
Ces jardins et ces champs,
Et ces arbres fleuris à l’unisson
Par sa lumière céleste,
Et fait briller le ciel bleu.
De tout les mois, c’est mai
Que j’aime le mieux,
Le mois le plus long de l’année,
Qui voit briller
Les premiers rayons du soleil.
Et par son soleil
Réchauffe les cœurs,
Et les jeunes filles
Et les garçons se dévoilent,
Et se promènent main dans la main,
Et les enfants courent dans les jardins.
Il nous donne sa chaleur de la belle saison,
Et si parfois il fait un peu grise mine,
Il nous ramène aussitôt sa bonne mine.
J’aime ce parfum
Que la nature nous a donné,
J’aime sa chaleur quand elle
Nous donne un goût de liberté,
J’aime ce beau soleil qui brille
Et nous donne l’envie d’aimer,
J’aime sa verdure
Quand elle pousse au mois de mai,
J’aime par-dessus tout
Ce joli mois de mai,
J’aime ces heures allongées.




Merci à cet auteur

 

       













 

 

Repost 0
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 07:47

En surfant sur la toile j'ai rencontré un poète. Nous partageons l'amour du désert.

Avec son autorisation voici un poème célébrant

L’arbre du Ténéré


C’était un acacia, radiana, solitaire
Qui poussait tout là-bas, aux confins du désert.
Perdu dans tout ce sable comme dans une mer,
A tous les touaregs, il servait de repaire
Lorsque leurs caravanes traversaient le Niger.
Cet arbre, absolument isolé de la terre,
Maintenant remplacé par une branche en fer
Parce qu’un chauffeur, ivre, qui faisait marche arrière
A heurté cette icône, tortueuse et altière.
L’arbre qui gît au sol provoqua la colère
De quelques voyageurs, scrupuleux et diserts.
Ces gens prirent la dépouille et puis la transportèrent
Sur le toit du quatre quatre qui servit de civière.
La femme qui commandait, très grande avocassière,
Transforma leur convoi, en convoi mortuaire,
Et comme Jésus Christ emmené du Calvaire,
Ils emmenèrent l’arbre au musée de Zinder,
  Ce lieu si triste et chaud, devenu sanctuaire   

 

Vous pouvez retrouver l'auteur:link 

si vous souhaitez connaître l'histoire de cet arbre mythique c'est ici chez mon amie Danaë:link

Repost 0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 17:53

 

 

Glacés

Cassés

Brisés

Paralysés

C’est l’hiver

Loin de nous l’été

Mais l’espoir renaîtra

                                               Le printemps reviendra

La ronde des saisons se poursuivra

Réchauffés

Revigorés

Rassérénés

Revivifiés

La vie gagnera

 

Repost 0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 18:02

Petite fille ne pleure pas
Ton enfance est passée
Et ne recommencera pas
Ta poupée est au fond du grenier
Tes robes déposées dans une malle
Tes jouets sont rangés
Petite fille, ne pleure pas
Ne fais pas attendre ton ami
Descends, vite, vite
Et ne regrette pas le passé...

         Maryse

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 13:40

Horizons lointains

Rêves, espérance,réalité.

Attente ? Ou fuite ?

Repost 0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 12:59
 


Sur l'océan d'écume
Battements d'ailes
Mouettes dans le ciel bleu

Repost 0